Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 16:21
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !

Si je vous contais HONFLEUR, je ne saurais par quoi commencer. Alors peut-être que, pêle-mêle, en diaporama,... allons-y : du port de pêche au port de plaisance, de la plage artificielle au jardin des célébrités et au pont de Normandie ; du scaphandrier du musée de la marine à l'écluse de chasse en bois , un petit tour au grenier à sel où se tient le festival du film russe. Enfin la chapelle et ses cloches, Sainte Catherine et son clocher séparé. On continuera par le chat haut perché, le marché bio, la belle maison de la galerie du Dauphin, la médiathèque toute moderne pour terminer sur les oiseaux de la serre tropicale et les voiliers. Ce n'est, en fait, qu'un bien faible aperçu par lequel vous ne pouvez goûter la joie d'être dans une petite ville qui vit même le soir... Point de rues désertes dans la vieille ville, des cafés restent ouverts. Après minuit, des lumières brillent encore, des jeunes et des moins jeunes se rassemblent sur des terrasses chauffées. Vous pouvez souper... On vit.

ps - c'est mon premier essai diaporama - il semble se mettre en route tout seul !

Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Quelques jours à Honfleur, en novembre : j'ai aimé !
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 09:59
Quelques heures à Troyes, en Champagne.

Troyes est une ville où il fait bon se promener à l'intérieur de son centre dont l'architecture a été préservée. Les Troyens vous font remarquer qu'il a une forme de bouchon de champagne. J'en ai parcouru une petite partie, non loin du bel hôtel de ville. Maisons à colombage, jolies ruelles, des hôtels particuliers dont certains abritent les musées de la ville.

Un grand bravo pour le Musée de l'Outil et de la Pensée Ouvrière, dont on ne connait nulle part l'équivalence. 10.000 outils sont artistiquement présentés dans une soixantaine de vitrines. Ce sont les outils dont se servaient les Compagnons du Devoir : menuisiers et charrons, vanniers et serruriers, tanneurs et cloutiers, ceinturiers, maçons et forgerons, bouchers et tanneurs.... Cet hôtel abrite également une bibliothèque de quelques 32000 ouvrages ouverte à tous.

L'hôtel de Vauluisant loge le musée de la Bonneterie et celui de l'Art champenois. Il jouxte l'église Saint Pantaléon, connue pour sa statuaire exceptionnelle et ses vitraux en grisaille. Mais je dois dire, ce sont les bancs séparés par des cloisons à hauteur d'appui qui m'ont fort étonnée !

Une journée passe très vite. Il me reste beaucoup à découvrir dans cette ville. Elle vit le mariage de Henri V et Catherine de France en l'église Saint Jean au Marché, mais elle est surtout connue dès le XIIe pour ses deux grandes foires annuelles très organisées sous l'aile protectrice des Contes de Champagne. Puis vint l'essor de la bonneterie.

Photos - La ruelle des chats : les maisons se touchent par le haut, permettant à l'animal de passer d'un bord à l'autre !

Musée de l'Outil - vannier, ferblantier, boucher,

Musée de l'art champenois - écu à l'agneau, fin XVe et coffre en chêne à panneaux sculptés milieu XVIe

Eglise Saint Pantaléon

Musée de la Bonneterie : bobinoir

Quelques heures à Troyes, en Champagne.Quelques heures à Troyes, en Champagne.Quelques heures à Troyes, en Champagne.
Quelques heures à Troyes, en Champagne.Quelques heures à Troyes, en Champagne.Quelques heures à Troyes, en Champagne.
Quelques heures à Troyes, en Champagne.Quelques heures à Troyes, en Champagne.Quelques heures à Troyes, en Champagne.
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 22:39

J'aime la Galerie nationale de la tapisserie de Beauvais. En août dernier j'ai pris quelques photos, lors d'une exposition temporaire, de quelques oeuvres de basse-lice contemporaines qui ne sont pas sans rappeler l'art de certains de nos peintres que nous voyons aujourd'hui dans les galeries. Photos :

Pierrette Bloch.

Mathieu.

Jean-Michel Atlan

François Boisron

le Coréen Ung No Lee

J'aime la tapisserie contemporaine de Beauvais.J'aime la tapisserie contemporaine de Beauvais.
J'aime la tapisserie contemporaine de Beauvais.J'aime la tapisserie contemporaine de Beauvais.J'aime la tapisserie contemporaine de Beauvais.
Repost 0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 08:03

J'aime Eveux. Quelques photos de l'Iton, de la cathédrale Notre Dame, des remparts du IVe siècle (mis à nus dans l'évéché devenu Musée des Beaux Arts) d'une vièrge à l'enfant du XVIIe dans l'église saint Taurin et enfin "retour del'enfant prodigue", tapisserie d'Aubusson.

Archives - J'aime EVREUX.
Archives - J'aime EVREUX.
Archives - J'aime EVREUX.
Archives - J'aime EVREUX.
Archives - J'aime EVREUX.
Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 07:58

de-Stael.jpgUne exposition d'exception au Musée Malraux du Havre jusqu'au 9 novembre : Nicolas de Stael (1914-1955), d'origine russe. Sa carrière de peintre s'étale sur une quinzaine d'années. Et quelle carrière ! L'exposition du musée d'art moderne du Havre que j'ai visitée bien trop rapidement montre bien l'évolution de la palette de l'artiste, passant du sombre aux couleurs les plus lumineuses d'Antibes.  Défense de photographier, c'est évident car les toiles et les dessins (environ 80 toiles et 50 dessins) proviennent soit de collections particulières, soit de collections publiques françaises, allemandes ou  américaines). L'accent est mis sur le paysage. Quelques taches de couleurs et vous êtes emporté dans un monde sans fausse note. Quant aux dessins - quelque traits et la barque est plus solide que la vraie. Le public était là.

 

Le public, fluide, juste ce qu'il faut pour que l'atmosphère soit légère, était là aussi à l'étage supérieur où l'on peut contempler les oeuvres du XIX et XXe siècle exposées par roulement.  Etaient présents ce mercredi  Manet, van Dongen, Camoin, Monet et Manet, Dufy et Valtat, Marquet et Othon Friesz et j'en passe. Le fonds d'atelier  des oeuvres de Eugène Boudin, natif de Honfleur, mais ayant vécu au Havre dès l'âge de dix ans, a été légué au musée par le frère de l'artiste. Là,  chance, la photo est permise. En voici quelques unes.

 

Ci-dessus - de Staël - 

Ci-dessous : Derain, Jean Puy, Camoin, Eugène Boudin.

le-havre-derain.jpg

le-havre-jean-puy.jpgcamoin.jpgEugene-Boudin.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 13:17

 


Chartre--tertre.jpgUn petit train qui part de Montparnasse. Attention, par la ligne 4 du métro des kilomètres de couloirs - faut prévoir. A peine une heure de trajet et vous voilà en Eure et Loir, à Chartres, préfecture du département, capitale de la lumière et du parfum.

La ville se construit un nouvel hôtel de ville. Faut dire que si la mairie  bénéficie du superbe Hôtel Montescot depuis 1792, le logis des services administratifs place des Halles n'était  du tout à la hauteur de la ville !. 

Quand on dit Chartres, on dit Cathédrale. Inoubliable et inoubliée : les groupes de touristes arrivent en bandes serrées. On les installe sur des chaises et ils ont droit  à toute la science de charmants(es) guides. Sauf que les chaises, ils m'en ont même mis sur le LABYRINTHE. Une rareté ! il date du XIIIe siècle, contemporain de la construction de la cathédrale : 12,88 m de diamètre, 261,50 m en le parcourant (mais avec les chaises, pas moyen de parcourir !).

Donc quelques travaux en cours dans cette merveille à la lumière bleutée. Je n'en dirai pas tant pour l'ex abbatiale St Pierre, autre chef d'oeuvre architectural, connue également pour ses beaux vitraux.  On y fait des fouilles archéologiques, et j'ai remarqué un filet qui protège les fidèles de chutes émanant du plafond. 

Ville haute, ville basse - les réunissant  : des rues pentues en escaliers qu'on appelle ici tertres. Les bords de l'Eure sont photogéniques avec les ponts bossus et  les vieux lavoirs.

Il y a plus encore, ne serait-ce que l'architecture des vieilles maisons,  le marché aux légumes, le musée des beaux arts avec un un résident de prestige : Vlaminck. 

De rue en rue je trouve pas mal de logements à louer. cela  correspond peut être à la perte de population que subit cette ville au profit sans doute des communes environnantes. Il semble que ce soit aussi une ville de retraités. Pour les autres  l'emploi se trouve souvent à.... Paris.

Dire que j'allais oublier les fresques - mais ce sera pour un autre billet.

Et tout ce que je n'ai pas vu ! en plus que,  comble de l'émotion, j'avais perdu mon cher Pentax avec 500 photos prises dans la journée (j'en ai déjà jeté 20 %), mais je l'ai retrouvé dans le quart d'heure. Ouf.

 

Photos  du tertre St François (ci-dessus), de l'Hôtel Montescot, de l'Eure,  du labyrinthe, du marché aux légumes, de l'ancienne abbatiale Saint-Pierre .

Chatres-hotel-Montescot.jpgChartres-l-eure.jpgChartres-Labyrinthe--cercle.jpgChartres Labyrinthe milieuChartres-Marche-aux-legume.jpgChartres-St-Pierre-filet.jpgChartres-st-pierre-detail.jpg

 

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 09:28

 


evreux-beffroi.jpgBelles surprises à Evreux, sous un beau soleil de septembre. Les heures sonnent claires au Beffroi grâce à la Louyse. Mais on n'y monte pas. Il faut suivre les claires eaux de l'Iton pour voir des vestiges de l'ancien rempart gallo-romain, quelques anciens lavoirs et aussi une série de  quinze photos en noir et blanc rappelant l'agonie de la ville pendant la dernière guerre, puis la libération il y a 70 ans, en août 1944. L'accrochage est astucieux et inattendu. Magnifique vue sur la cathédrale et le palais épiscopal à partir du miroir d'eau. Plus à l'ouest on trouvera l'abbatiale Saint Taurin. On quitte le soleil pour aller jeter un coup d'oeil sur le musée des Beaux Arts installé dans le palais épiscopal -Inoubliable, le sous-sol, relativement récent : il abrite les trésors trouvés dans le sous-sol de la ville, mais  constitue à lui seul une grande surprise car l'un de ses côtés est tout simplement le rempart gallo-romain remis à nu. L'effet est saisissant. Contemporaine,  une sculpture d'Anne et Patrick Poirier, ROMA, s'appuie légèrement contre ce rempart. Elle est en bronze. Le Musée est riche de tapisseries d'Aubusson avec des scènes de  l'enfant prodigue. Alain Flescher y expose ses "Carnets Romains" (remarqué une photo sur un petit cirque délabré, son éléphant et son chameau). Cette série est un don de la famille au musée. Quant à la cathédrale, j'ai raté le jaune du manteau de la vierge (une rareté) ; par contre  j'ai une belle photo de son récent grand orgue installé en 2007 d'une facture très moderne. Les volets s'ouvrent, se ferment, mais ça je n'ai pas vu !

Question économie, Evreux semble avoir un taux de chômage important.  Elle  a eu pas mal de tribulations avec l'usine pharmaceutique britannique GSK qui, néanmoins, a célébré, il y a peu, sa milliardième cartouche d'aérosols (Ventoline...)  produite sur ce seul site. GSK y est présent depuis 1968.

Photos :

Beffroi, libération, cité épiscopale, clocher de Saint Taurin, le rempart salle archéologique du musée, sculpture ROMA, l'orgue de la cathédrale.

Evreux-Liberation.jpgevreux-cathedrale.jpgevreux-saint-taurin.jpgevreux-mur-gallo-romain-copie-1.jpgroma.jpgevreux--orgue.jpg

 

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 09:22


arras-place-des-heros-restau.jpgCité pleine de surprises. Arras  n'est pas que le chef lieu du Pas de Calais. Ville universitaire, jeune, agréable,  quelques 43000 habitants, une architecture magique en centre ville. Une montée au Beffroi s'impose pour avoir une vue d'ensemble. Facile : ascenseur et 40 marches. Ensuite, on a le choix, car on ne fera pas tout en quelques heures : architecture : gothique, flamand, art déco - le Musée des Beaux Arts, son merveilleux site et ses précieuses collections - il s'y prépare un événement en liaison avec le chateau de Versailles - la cathédrale est en travaux mais accessible et le grand orgue est superbe. Voici quelques photos de façades  décorées et aussi cet emploi de briques et de pierres blanches très à l'honneur dans cette région de France.

Au Musée, ce sont les derniers jours de l' exposition  des photographies  "Joseph Quentin, témoin de son temps". Il fut le premier à photographier des mineurs au fond, confirmant ainsi, selon la plaquette, l'oeuvre de Zola.

 

- Le beffroi égrenne les heures (place des Héros)

- Place des héros vue du Donjon

- façades

- maison en brique

- Photo de mineurs boisant une taille (Joseph Quentin)

 

 

arras---vu-du-donjon-place.jpgarras-facade.jpgarras-monts-de-piete.jpgarras-porte.jpgarras cordonneriearras-mineurs.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 22:09

Laon-le-manteau-de-st-martin.jpgUn petit tour à LAON, cette semaine. C'est la ville haute qui est intéressante. Rues pavées, imposants remparts. Deux joyaux du XII-XIIIe siècle : la cathédrale Notre Dame et l'église abbatiale Saint-Martin, constituent des morceaux de choix pour les photographes. La vieille ville et ses ruelles m'ont moins enchantée. Laon étant préfecture, le corps judiciaire est fort présent, avec ses tribunaux, ses huissiers, ses avocats... Hôpital, Hôtel des Impôts.. Hôtel de ville. : toutes ces entités sont rassemblées, la-haut, sur la butte, qui domine d'une bonne centaine de mètres la ville basse et sa gare. Reliant les deux, un funiculaire : le POMA  évite d'emprunter les escaliers qui sont fort raides : l'escalier communal, entourées de verdure et de maisonnettes ne compte pas moins de 295 marches. Petit détail qui en dit tout de même long sur la vie économique : nombreux sont les bâtiments, les maisons et même les commerces qui sont à louer ou à vendre. La population d'ailleurs semble en légère régression, tournant autour de 25.000 habitants. Voulant certainement faire connaître la rue commerçante de l'endroit, les dépliants ne font pas mention d'une petite rue parallèle, pavée, qui permet de longer le rempart en ayant une vue magnifique avec d'un côté, la cathédrale, et de l'autre, Saint Martin. Difficile de tout voir en une petite journée car le site est riche d'histoire. N'oublions pas, non plus, que pas très loin, entre Laon et Soissons, se situe le chemin des Dames là, ou sur une trentaine de kilomètres les hommes se sont étripés d'une façon pas possible en 14/18, il y a cent ans.  Photos :

Ci-dessus : honneur à Saint Martin qui coupa son manteau en deux pour réchauffer un pauvre homme -

Ci-dessous : Laon, vue des remparts.

- Remparts - Porte de Soissons

- Remparts - Porte de Soissons et tour penchée.

- Vitrail de Notre Dame - la cathédrale fait 110 de long ...

- Fleurs et dentelles à Saint-Martin

- Tours de l'église Saint Martin vues des remparts.

- Les boeufs des tours de Sainte Marie (j'ai pu zoomer une photo de la cathédrale vue des remparts !) - ils sont là suite à une légende du temps de la construction.

Laon-vue-des-remparts.jpgLaon-remparts.jpg

 Laon-tour-penchee.jpg

 

 LAON-vitrail-cathedrale.jpg

 

 laon-les-dentelles-de-st-martin.jpg

 Laon--tours-Saint-Martin-.jpg

 les-boeufs-des-tours.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 09:36

Beauvais-st-pierre-balancier-central.jpgToute à ma joie d'avoir vu cette exposition sur la tapisserie à la Galerie nationale de la tapisserie, je n'ai pas ajouté un mot sur les autres merveilles de Beauvais. Et pourtant. Quand je suis arrivée, ne connaissant rien de cette cité, je me suis précipitée au Syndicat d'initiative. Une charmante dame m'a munie d'un plan, de quelques dépliants correspondant à mon attente et m'a surtout conseillée de me rendre à la Cathédrale Saint Pierre où allait se mettre en mouvement l'horloge astronomique. Vous déboursez 4 euros et vous avez droit à une visite guidée : j'entends par là, assis en face de la merveille, vous écoutez et suivez les éclairages qui vous guident dans ce meuble animé de 12 mètres de haut.  L'inventeur de cette horloge : Monsieur Vérité qui l'acheva en 3 ans dans son atelier de Beauvais : 90,000 pièces, 52 cadrans, 68 automates, le tout enchassé dans un meuble très richement décoré de 2,82m de profondeur. Il réunit là tout ce que l'on savait en 1865 sur l'astronomie.  Photos avec une ou deux en plus pour les vitaux de Saint Pierre puis de Saint-Etienne, une sur une collégiale en ruine et enfin n'oublions pas Jeanne Hachette qui remonta le moral des troupes du royaume de France  contre les Bourguignons du Téméraire... (là, je lui en veux un peu, bonne bourguignonne que je suis).

Cadran central 

Le grand cadran avec le Christ maître du temps et les 12 apôtres

Vitrail de Saint-Pierre

Eglise Saint Etienne

Collégiale

Jeanne Hachette

 

beauvais grand cadranbeauvais-vitrail.jpgBeauvais-st-etienne.jpgcollegiale.jpgbeauvais jeanne hachette

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article