Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 06:14
Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36

C'est par plaisir que l'on se rend Gare du Nord. Le collectif Quai 36, en partenariat avec la Gare a investi les murs sur trois niveaux pour l'opération ART RESIDENCE. Le projet date de 2013 et s'est concrétisé cette année. Ne marchez pas en regardant vos pieds : à droite, à gauche, à côté de vous, de belles fresques s'offrent à votre vue, que vous preniez le TGV, le RER ou le métro. Il n'y a plus de pas perdus. Assez parlé : quelques photos mais ce n'est qu'une mise en bouche

Avec Grégos, Pioc PPC, SP38, Louis Masai -ardent défenseur des abeilles - Jérôme Mesnager, Levalet, Artiste Ouvrier .

Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36
Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36
Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36Gare du Nord, les murs ont des couleurs avec le collectif Quai 36
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Art urbain
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 07:20
De la photographie à la peinture avec Philipp BONAN

De la photographie à la peinture...il n'y a qu'un pas... celui qu'a franchi Philipp Bonan. S'il y a deux ou trois ans j'ai vu une exposition où les photos en noir et blanc étaient complétées de graffitis, cette fois la peinture est seule présente dans chaque oeuvre.

C'est à la galerie Les modernistes que Philipp présente sa nouvelle exposition. Je suis malhabile pour décrire le travail d'un peintre. Ce que je ressens : de la joie, de la jeunesse, du plaisir de vivre, de la poésie. Un livre ponctue et rappelle ce cycle d'images faites dans le midi de la France, La palette s'en ressent sans doute, du petit soleil du matin aux chaudes après-midi où il vaut mieux travailler à l'ombre des grands murs. Le rythme des dessins donnent toujours à rêver et à écrire une histoire. Beaucoup d'histoires à se raconter avec les tableaux de Philipp. J'AIME.

Ps - Abondance ne nuit pas - discrète, une superbe photo de Jef Aerosol rappelle le travail de portraitiste de Philipp.

Galerie Les modernistes - 3, av du Père-Lachaise - Paris 20e, métro Gambetta. Jusqu'à dimanche 12 juillet 2015

De la photographie à la peinture avec Philipp BONANDe la photographie à la peinture avec Philipp BONAN
De la photographie à la peinture avec Philipp BONANDe la photographie à la peinture avec Philipp BONAN
Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 06:36
Par la fenêtre - avec La rouille au MUR Oberkampf

Il est savoyard, il vit en Bretagne, il est venu à Paris faire LE MUR Oberkampf. Son pseudo : La rouille. Il aime les espaces abandonnés, les vieux objets insolites et désuets que le temps efface peu à peu de notre mémoire. Il a aussi SA technique personnelle. Ici, pas de bombes acryliques, mais trois pulvérisateurs semblables à ceux qu'on emploie dans les vignes. Ils contiennent de l'eau et des pigments - noir, jaune, blanc. Et c'est parti ! J'arrive sur la place. Sur le mur, je vois un autre mur, intérieur, abandonné, vieillot, appartenant à une maison oubliée depuis longtemps. Un visage et deux mains contre une fenêtre. Un tableau au mur, deux interrupteurs comme on n'en fait plus, de dans le temps. L'ambiance est là. Il n'y a plus qu'à écrire le roman. Voilà l'art de la rouille. Et j'aime.

Quelques photos avec le travail en cours - le soleil n'a pas permis de prendre la photo finale de cette performance. Quant à La rouille, c'est évidemment le jeune homme à la moustache rousse.

Par la fenêtre - avec La rouille au MUR OberkampfPar la fenêtre - avec La rouille au MUR Oberkampf
Par la fenêtre - avec La rouille au MUR OberkampfPar la fenêtre - avec La rouille au MUR OberkampfPar la fenêtre - avec La rouille au MUR Oberkampf
Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 01:32
La caserne de Reuilly sous le signe du Hip Hop

Caserne de Reuilly - je voudrais bien voir la tête des militaires qui ont arpenté ces locaux s'ils y revenaient aujourd'hui. Car Paris Hip Hop a investi les lieux. Dans le plus grand secret (c'est décidément la mode) une bonne vingtaine de graffeurs s'en sont donnés à coeur joie et ont décoré ces mille mètres carrés. Lazoo, le directeur artistique, a donné un thème : le voyage. Tout le monde s'y est mis, Français, et ceux venus d'Asie, des USA ou d'Europe (Allemagne, Italie...), chacun faisant en sorte d'être en harmonie avec son voisin. le résultat est spectaculaire. Nous retrouverons par exemple autour de Lazoo, Popay, DaCruz, Marko 93, Kalouf et son merveilleux train, les Allemands Batsh et Raphe HEC... Hestone, Sway...

A gauche de l'entrée deux pièces sont réservées, l'une à une exposition photos de Marone, l'autre à une présentation de tableaux signés par nos graffeurs. J'y est remarqué les oeuvres de Sway, Marko 93 et un très beau HEST ONE.

Attention. C'est éphémère : le festival hip hop se termine le 6 juillet.

Ci-dessous ; Popay, PEST, HEST ONE, LAZOO et DACRUZ, RAPH et 2 RODE, MORNE (rideau d'entrée)

La caserne de Reuilly sous le signe du Hip HopLa caserne de Reuilly sous le signe du Hip Hop
La caserne de Reuilly sous le signe du Hip HopLa caserne de Reuilly sous le signe du Hip Hop
La caserne de Reuilly sous le signe du Hip HopLa caserne de Reuilly sous le signe du Hip Hop
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Art urbain
commenter cet article
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 14:02
Le choeur basque ANAIKI à l'église Notre Dame du Travail

La fête de la musique fait découvrir des lieux inédits. L'église Notre Dame du Travail, rue Vercingetorix dans le XIVe arrondissement de Paris accueillait cette année le choeur d'hommes basque ANAIKI (entre frères). Programme superbe : mi sacré, mi profane. En langue basque évidemment. Une parenthèse pour un air sacré, bulgare me semble-t-il, de toute beauté (le choeur se produit parfois avec des choeurs russes ou bulgares). Le concert s'est terminé en rappelant les feux de la Saint Jean, fête du solstice d'été, à l'origine païenne, pendant laquelle les premiers Slaves bénissaient les moissons.

Le lieu aussi se rappelle à notre attention. L'église Notre Dame du travail a été construite pour les ouvriers qui, au début du siècle dernier, montaient dans le XIVe arrondissement les expositions internationales de Paris. L'architecte J-G Astruc innova en utilisant une charpente métallique, la situant bien ainsi dans l'ère Eiffel.

Le choeur basque ANAIKI à l'église Notre Dame du Travail
Le choeur basque ANAIKI à l'église Notre Dame du Travail
Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 12:01
Quand Hérard rencontre Ender vers le quartier du Sentier.

Un petit matin ensoleillé entre la Porte St Denis et Réaumur - un vrai plaisir. Le Sentier, les petites rues tortueuses, les placettes, tout cela est enchanteur. Peu de monde. Quelques Belles de nuit rêvassent sur leur bout de trottoir, une voiture aux vitres fumées bagnaude à reculons... les rideaux des magasins sont fermés. Quelques clients sirotent leur café dans les bars. J'aime ces moments-là. Tiens une belle lumière dans ce réverbère... tiens... mais que vois-je là : une belle surprise. Un joli petit Hérard... et pas que du Hérard ! Il y a aussi du Ender : Atlas ? et le Gugusse qui regarde les cheminées avec sa drôle de longue-vue. Je suis ravie. Photo ! Ce n'est pas la première fois que les deux peintres collent ensemble. Ce que j'aime, c'est qu'ils nous content une histoire. C'est une oeuvre commune, pensée, préparée. Du beau travail. Merci les Artistes, merci Hérard, merci Ender.

Quand Hérard rencontre Ender vers le quartier du Sentier.
Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 07:44
Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.

Belle leçon de street art hier au Pré Saint Gervais. Une palissade a été mise à disposition des peintres - Philippe Hérard a accepté la proposition. L'artiste arrive avec colle, pinceaux, couleurs, règles et fil à plomb, sans oublier ses Gugusse bien finalisés. Les planètes sont faites sur place : un crayon, une ficelle, et voilà le cercle tracé. Après on colle des journaux, déjà déchirés en morceaux. Le temps passe vite, le travail est long. Tout ce qui a pu être réalisé en atelier a été préparé. Ensuite coups de pinceau. Les tons se limitent au noir, au blanc, au bleu, un certain rouge, et elles tournent, les boules dans lesquelles je vois des planètes !. Plusieurs plans ; des simples planches dont étaient constituées la palissade, peu à peu nous voici dans un univers sans fin créé au fur et à mesure dans l'imagination de l'artiste. Le bois est gourmand de colle. L'ami qui est venu filmer apporte ce qu'il a trouvé dans un magasin proche : misère, c'est "violine" mais ouf, je vois que ça devient blanc au fur et à mesure de la pose. J'ai eu peur. Je n'y connais rien, moi, en colle ! plus d'eau. Mais au Pré Saint Gervais les gens sont bons enfants : le boulangère ouvre sa cuisine. Pendant ce temps les passants viennent admirer. C'est quand même mieux que dans le XIe où un couple de grincheux a défendu son mur hideux contre un collage qui aurait du être beau. Tant pis pour eux. Revenons au Pré Saint Gervais, quelques heures de collage sous un soleil de plomb. Certaines calvities qui sont passées vers le chantier brillaient comme des miroirs. La bonne lumière n'était pas tout à fait au rende-vous vers 16 h 30 quand Philippe a rentré le matériel dans la voiture. Dommage pour les dernières photos. Superbe après-midi.

Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.
Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.Les Gugusse de Philippe Hérard survolent le  Pré Saint Gervais.
Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 12:30
Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !

Vrai de vrai, à la poursuite des collages de Philippe Hérard, j'ai rencontré DIEU, SATAN et la RANçON; les collages sont toujours drôles : le premier Gugusse s'en va se faire expertiser, le second reste pendu dans son encadrement sous la bonne garde d'un pigeon. Le troisième (j'espère que ce n'est pas l'expertisé) ne doit pas tomber là on l'on ne veut pas d'ordures... Pour le quatrième, voulait-il plonger dans le vide ou bien le remonte-t-on avec les moyens du bord ?

Quant à Dieu, c'est un passage, Rançon et Satan aussi - ou plus exactement des impasses. Luxueuse la dernière. On y soigne même sa beauté, comme de juste : Satan attire avec l'apparence. Au fond de cette impasse, un immeuble en bois avec de hautes herbes devant. Comment ne pas plonger ! Mais la dernière, la Rançon, est là pour vous faire cracher au bassinet afin de sortir de chez Satan, chose pas facile car quand il occupe le terrain - urbain ou humain, il est coriace. Les rançons doivent être rudes, car les maisons sont fort belles dans cette impasse. Bien. Je laisse là les mirages et file vers ma banlieue avant de fondre sous le soleil qui commence à brûler un peu trop.

Photos - les collages de Philppe Hérard, les trois passage et impasses. La maison en bois chez Satan et le bel immeuble impasse Rançon.

Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !
Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !
Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !Philippe Hérard pas loin de Dieu et de Satan !
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Art urbain
commenter cet article
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 15:06
Si l'expo Gare de l'Est est dehors, pour gare du Nord, c'est quai 36.

On s'active en Gare du Nord - quai 36. De bon matin, Artiste Ouvrier et d'autres peintres étaient à l'ouvrage. Il semble que l'affaire ne fait que commencer mais on peu déjà admirer quelques oeuvres, dont celles de Levalet et Jérôme Mesnager. Donc, c'est tout simple. Vous regardez la belle expo de la Gare de l'Est et vous foncez Gare du Nord. C'est tout près. Prenez vos appareils photos !

Avec Jérôme Mesnager, Levalet, Artiste Ouvrier,

Le quai 36 est long !

Si l'expo Gare de l'Est est dehors, pour gare du Nord, c'est quai 36.Si l'expo Gare de l'Est est dehors, pour gare du Nord, c'est quai 36.
Si l'expo Gare de l'Est est dehors, pour gare du Nord, c'est quai 36.Si l'expo Gare de l'Est est dehors, pour gare du Nord, c'est quai 36.
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Art urbain
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 05:57
Une matinée de collage avec Philippe Hérard

Belle leçon de peinture urbaine aujourd'hui. Neuf peintres, dont le dénominateur commun est d'exposer dans la même petite galerie, le Cabinet d'amateur, se sont réunis sous la houlette de Philippe Hérard pour présenter aux Parisiens un collage collectif près du Belvédère, dans le XXe arrondissement, endroit d'où l'on a une vue merveilleuse sur la Capitale.
Rien n'a été laissé au hasard : format commun, idée commune. On ouvrira des fenêtres sur un mur aveugle. C'est Philippe qui rassemblera l'ensemble des oeuvres et qui, armé de l'échelle et de la colle, arrangera tout cela à bonne hauteur. Il ne se contentera pas de coller. Chaque oeuvre sera finalisée par une peinture au pinceau faite directement sur le mur : rebord des fenêtres, réparation des petites erreurs de format, coulures de peintures, ombres etc. Les habitants du quartier et de la maison d'à côté ne s'y sont pas trompés. Il y a eu beaucoup de compliments. Quelques artistes ayant participé à l'opération étaient là, appareils photo en main, attentifs au déroulement de l'opération qui dura deux belles heures et qui, je crois bien, ne fait que commencer.

Photos : ci-dessus : ajout de la peinture jaune qui tombe du tube (de Lavalet à Hérard)

Final - les dix collages ont leur rebords de fenêtres, leurs détails, leurs ombres - avec - de haut en bas et de droite à gauche - Nadège Dauvergne, Florian Marco, Levalet, Arnaud Boisramé, Codex Urbanus, Ender, Pradinas, Philippe Hérard, Florian Marco et Paella.

Une matinée de collage avec Philippe HérardUne matinée de collage avec Philippe HérardUne matinée de collage avec Philippe Hérard
Une matinée de collage avec Philippe HérardUne matinée de collage avec Philippe Hérard
Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Art urbain
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Tante Blanche
  • : haleurs - orpailleurs - criminels -bagnards - mines d'or - usines de fer - en Oural sous la plume de Mamine Sibiriak. EN + street-art, expo, quelques films à ne pas oublier.
  • Contact

Recherche

Incontournables