Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 12:32

Pour en revenir à Israël, à la Palestine, enfin à cette bande de terre, ce qu'il faudrait faire, en fait, pour la sauver, c'est sans doute abandonner la culture intensive dévoreuse d'eauA chaque fois que nous dégustons l'un des fruits ou des légumes de ce coin là, nous participons à le détruire. Or, la mer Morte, le Jourdain, ce n'est pas rien pour le monde entier, non ? Le Jourdain, c'était même le Fleuve chanté par les esclaves noirs qui travaillaient dans les champs de coton américains (voir Marguerite Yourcenar : je ne sais plus si c'est dans " La couronne et la lyre" ou "blues et Gospels".).  C'est à lui qu'il faut redonner la liberté, donc la vie au lieu de le piller, et il redonnera vie à la mer Morte, puisque c'était ainsi avant l'homme moderne.

Si je m'indigne en pensant à cette région, c'est d'abord, à long terme, sur sa destruction. Et on pourrait peut-être l'éviter, en amenant au contraire des denrées fraiches là-bas,  et en en exportant des produits manufacturés ne demandant pas trop d'eau - ça doit bien exister. 

S'indigner c'est une chose, mais il faut aussi proposer et discuter pour essayer de retrouver un chemin de vie collective raisonnable.

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Economie
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 08:34

Polémique sur le sujet palestinien  ? La liberté d'expression existe. Et puisqu'on parle de ce coin du monde, et bien MOI, je m'indigne qu'on ne parle pas plus de la désertication du pays : de la Mer Morte qui meurt un peu plus chaque jour, du Jourdain qui n'est plus qu'un ruisseau, des sources d'eau potable qui disparaissent, de la terre trop salée qui se crevasse et n'est plus exploitable. Saccage d'une contrée où l'homme demande à  l'eau et la terre bien plus qu'elles ne peuvent donner. Et quand tout cela sera mort définitivement - on les mettra où les populations qui vivent là-bas, tout le monde confondu ? Je crois qu'il est grand temps de s'habituer à penser "long terme".

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Ecologie
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:10

 img116.jpgEn voilà, un bon titre, et en voilà un bon texte qui en quelques pages nous rappelle que le monde dans lequel nous vivons, c'est le monde que nous construisons. Il se construit à grands coups d'actions, mais on peut aussi résister… pour créer.

 Le prix de cette plaquette : 3 euros,  moins qu'un paquet de cigarettes - ne vous en privez pas.

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans info
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 10:02

Tout est possible - comme cette pierre transformée en "canard" volant par l'effet de la lumière ; apprendre à regarder le verre à moitié plein, et non le verre à moitié vide, permet de conserver un moral d'acier et  une  santé de fer. C'est mon voeux le plus pragmatique pour 2011.img075_2.jpg

C.L. - Photogramme

Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 19:14

Les 14 décembre et 25 décembre 2010 nous avons passé la soirée en compagnie des Tsaatans de Mongolie puis des Nénètses de Sibérie. Comment est-il possible de survivre dans de pareilles régions. Mais l'émission de loin la plus intéressante était la seconde, celle conduite par Charlotte de Turckheim. De la corvée de bois, à la pêche au filet en passant par le repas de viande crue dès l'animal tué, c'était évident qu'on était dans un monde tout à fait à part, où l'on se demande comment on peut survivre. Et ce déplacement des yourtes tous les cinq jours, la rapidité du montage et du démontage par ce froid. Hallucinant.

Dans mon jeune temps j'ai lu un récit qui, me semble-t-il, était recommandé par le Ministère de l'Education canadienne : LE CHEF A L'OEIL d'IVOIRE - Collection signe de piste - 1945- Si me je souviens biens c'était comment a pu survivre un jeune garçon d'environ quatorze ans qui s'était retrouvé seul survivant,  avec quelques chiens, dans l'igloo qui servait d'abri à sa famille détruite par le froid et la faim,  et comment, après un long périple dans un univers d'une hostilité sans nom, il a pu retrouver une autre tribu. Après une pareille lecture, allez donc vous plaindre de quelques petites misères !

 

Ces Nénètses sont implantés sur la péninsule de Yamal qui s'étend sur 700 km au nord de l'Oural. Yamal en langue nénètse veut dire "extrémité du monde". Mais là aussi le réchauffement climatique se fait sentir. Les températures descendent maintenant rarement à - 50° et tournent autour de - 30°, ce qui ne fait pas l'affaire des rennes et rend fragile le sol, sol commun à une grande partie de la Sibérie (permafost) et sur lequel sont construits quelques 5000 km de voies ferrées comme il est indiqué dans l'article suivant : link

 


Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 06:19

 P0011_2_2_2.jpg Quelques instants de détente avec ces bons voeux un peu particuliers  :

Mamine-Sibiriak : La dépêche.

ou ce polar en plein bois

Mamine-Sibiriak : Sur le lieu du crime

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 19:53

 news_1278063082.jpgValentina Erofeeva-Tverskaya a été nomminée en 2010 pour son oeuvre poétique. Dernier recueil : "En attente d'un miracle" paru à Ekaterinbourg en 2010 - d'autres titres : "Les points de suspension", "réchauffement" (Omsk1997),  Madame (Omsk 2001).

Valentina Erofeeva-Tverskaya est née à Omsk en janvier 1961. Diplômée de l'Institut de commerce de Moscou et de la Faculté de Droit,  elle a travaillé dans le complexe commercial "Omsk" en tant que vendeuse puis est arrivée à la tête de l'entreprise. Depuis 2006 elle est à la tête de l'Union des écrivains de Omsk.

Son dernier livre : "Ожидание чуда" (En attente d'un miracle) se lit en famille ; il est divisé en trois parties : "Les chutes de neige d'été" pour les jeunes enfants, "Le murmure du peuplier" pour les étudiants, et un poème lyrique "La route de l'enfance" que l'auteur dédie à la mémoire des grands parents qui l'ont élevée. Il a été publié  avec un tirage initial  de 1000 exemplaires.

 Une jolie idée de réunir la famille autour d'un livre.

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 20:28

 

Prenons l'exemple de Valery Leonidovitch Mikhaïlovsky,  qui a reçu le prix cette année : médecin de haut niveau (psychothérapeute),  écrivain dans l'âme, il s'est mis à écrire il y a une dizaine d'années. Il a consacré au Nord plus d'un quart de siècle de sa vie puis a essayé, dans ses écrits de transmettre la noblesse et la sagesse des habitants de ces rigoureux territoires. Il s'est intéressé aux constructeurs du chemin de fer de Tioumen à Samotlora qui est l' un des plus grands gisements pétroliers du monde et particulièrement aux problèmes sociaux et démographiques de cette région de marais, difficile à vivre, qui fait partie du  bassin de la rivière Vakh, affluent de l'Ob. Cette rivière (env 960 km) semble d'ailleurs être sérieusement contaminée par des déchets très toxiques provenant des réservoirs d' usines pétrolières.

Mais la Russie est immense - il est difficile de se faire éditer et selon l'auteur, cela prive le public d'informations intéressantes et utiles sur le pays. Valery Mikhaïlovsky a écrit de nombreux articles sociaux à l'attention de revues scientifiques. Ses oeuvres littéraires ont été publiées dans "Tioumen Littéraire" , "Ugra" et la Maison d'édition "Ouvrier d'Oural". (tirage 500 exemplaires) Il est l'auteur de deux livres "les âmes désoeuvrées" et "les vents du Nord".

Je tire ce qui précède  de sites russes. Je sais qu'on ne peut pas tout traduire, mais il est dommage qu'on ne donne même pas de renseignements sur les oeuvres d'auteurs restés en retrait, peut-être seulement par manque de publicité. Résultat on encombre parfois la bibliothèque par des auteurs reconnus certes, mais pas toujours vraiment utiles et on  perd par ailleurs quantité d'informations. La publication électronique arrangera peut-être les choses.

 

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 08:45

  La XIe conférence de l'Association des écrivains de l'Oural s'est réunie du 5 au 8 novembre à Khanty-Mansiyk (péninsule de Yamal) dans une ambiance festive fin XIXe siècle.  Après une conférence où a été évoquée la place de la littérature dans le monde moderne  tourné vers l'image et la télévision, les prix Mamine-Sibiriak ont été décernés aux écrivains suivants :

Alexandre Rodionov  (Altaï) pour (prince-esclave)

Valery Mikhaïlovsky  (Niznyvartovsk) pour une recherche en histoire naturelle

Anatoly Belozertsev ( Cheliabinsk) prose et journalisme

Valentine Erofeeva-Tverskaya  (Omsk) poésie

Roman Rugin  (Yamal) poète

Valentin Sorokine de Moscou pour service à la littérature

La  conférence 2011 de l'Association des écrivains se tiendra à Magnitogorsk

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 11:03

 img081.jpgEncore une petite idée - pour mes cartes de nouvel an, j'ai pris mon courage à deux mains, et ma boite d'aquarelle. J'ai imprimé, sur du papier photo,  en plusieurs exemplaires et en format 8 x 13 l'un de mes photogrammes. Je les ai aquarellés un par un , puis collés sur du bristol plié en deux, et voici mes cartes de nouvel an personnalisées. Rappel des cartes de voeux que nous dessinions quand nous étions enfants. 

Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Tante Blanche
  • : haleurs - orpailleurs - criminels -bagnards - mines d'or - usines de fer - en Oural sous la plume de Mamine Sibiriak. EN + street-art, expo, quelques films à ne pas oublier.
  • Contact

Recherche

Incontournables