Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 13:17

 


Chartre--tertre.jpgUn petit train qui part de Montparnasse. Attention, par la ligne 4 du métro des kilomètres de couloirs - faut prévoir. A peine une heure de trajet et vous voilà en Eure et Loir, à Chartres, préfecture du département, capitale de la lumière et du parfum.

La ville se construit un nouvel hôtel de ville. Faut dire que si la mairie  bénéficie du superbe Hôtel Montescot depuis 1792, le logis des services administratifs place des Halles n'était  du tout à la hauteur de la ville !. 

Quand on dit Chartres, on dit Cathédrale. Inoubliable et inoubliée : les groupes de touristes arrivent en bandes serrées. On les installe sur des chaises et ils ont droit  à toute la science de charmants(es) guides. Sauf que les chaises, ils m'en ont même mis sur le LABYRINTHE. Une rareté ! il date du XIIIe siècle, contemporain de la construction de la cathédrale : 12,88 m de diamètre, 261,50 m en le parcourant (mais avec les chaises, pas moyen de parcourir !).

Donc quelques travaux en cours dans cette merveille à la lumière bleutée. Je n'en dirai pas tant pour l'ex abbatiale St Pierre, autre chef d'oeuvre architectural, connue également pour ses beaux vitraux.  On y fait des fouilles archéologiques, et j'ai remarqué un filet qui protège les fidèles de chutes émanant du plafond. 

Ville haute, ville basse - les réunissant  : des rues pentues en escaliers qu'on appelle ici tertres. Les bords de l'Eure sont photogéniques avec les ponts bossus et  les vieux lavoirs.

Il y a plus encore, ne serait-ce que l'architecture des vieilles maisons,  le marché aux légumes, le musée des beaux arts avec un un résident de prestige : Vlaminck. 

De rue en rue je trouve pas mal de logements à louer. cela  correspond peut être à la perte de population que subit cette ville au profit sans doute des communes environnantes. Il semble que ce soit aussi une ville de retraités. Pour les autres  l'emploi se trouve souvent à.... Paris.

Dire que j'allais oublier les fresques - mais ce sera pour un autre billet.

Et tout ce que je n'ai pas vu ! en plus que,  comble de l'émotion, j'avais perdu mon cher Pentax avec 500 photos prises dans la journée (j'en ai déjà jeté 20 %), mais je l'ai retrouvé dans le quart d'heure. Ouf.

 

Photos  du tertre St François (ci-dessus), de l'Hôtel Montescot, de l'Eure,  du labyrinthe, du marché aux légumes, de l'ancienne abbatiale Saint-Pierre .

Chatres-hotel-Montescot.jpgChartres-l-eure.jpgChartres-Labyrinthe--cercle.jpgChartres Labyrinthe milieuChartres-Marche-aux-legume.jpgChartres-St-Pierre-filet.jpgChartres-st-pierre-detail.jpg

 

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 09:28

 


evreux-beffroi.jpgBelles surprises à Evreux, sous un beau soleil de septembre. Les heures sonnent claires au Beffroi grâce à la Louyse. Mais on n'y monte pas. Il faut suivre les claires eaux de l'Iton pour voir des vestiges de l'ancien rempart gallo-romain, quelques anciens lavoirs et aussi une série de  quinze photos en noir et blanc rappelant l'agonie de la ville pendant la dernière guerre, puis la libération il y a 70 ans, en août 1944. L'accrochage est astucieux et inattendu. Magnifique vue sur la cathédrale et le palais épiscopal à partir du miroir d'eau. Plus à l'ouest on trouvera l'abbatiale Saint Taurin. On quitte le soleil pour aller jeter un coup d'oeil sur le musée des Beaux Arts installé dans le palais épiscopal -Inoubliable, le sous-sol, relativement récent : il abrite les trésors trouvés dans le sous-sol de la ville, mais  constitue à lui seul une grande surprise car l'un de ses côtés est tout simplement le rempart gallo-romain remis à nu. L'effet est saisissant. Contemporaine,  une sculpture d'Anne et Patrick Poirier, ROMA, s'appuie légèrement contre ce rempart. Elle est en bronze. Le Musée est riche de tapisseries d'Aubusson avec des scènes de  l'enfant prodigue. Alain Flescher y expose ses "Carnets Romains" (remarqué une photo sur un petit cirque délabré, son éléphant et son chameau). Cette série est un don de la famille au musée. Quant à la cathédrale, j'ai raté le jaune du manteau de la vierge (une rareté) ; par contre  j'ai une belle photo de son récent grand orgue installé en 2007 d'une facture très moderne. Les volets s'ouvrent, se ferment, mais ça je n'ai pas vu !

Question économie, Evreux semble avoir un taux de chômage important.  Elle  a eu pas mal de tribulations avec l'usine pharmaceutique britannique GSK qui, néanmoins, a célébré, il y a peu, sa milliardième cartouche d'aérosols (Ventoline...)  produite sur ce seul site. GSK y est présent depuis 1968.

Photos :

Beffroi, libération, cité épiscopale, clocher de Saint Taurin, le rempart salle archéologique du musée, sculpture ROMA, l'orgue de la cathédrale.

Evreux-Liberation.jpgevreux-cathedrale.jpgevreux-saint-taurin.jpgevreux-mur-gallo-romain-copie-1.jpgroma.jpgevreux--orgue.jpg

 

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 09:22


arras-place-des-heros-restau.jpgCité pleine de surprises. Arras  n'est pas que le chef lieu du Pas de Calais. Ville universitaire, jeune, agréable,  quelques 43000 habitants, une architecture magique en centre ville. Une montée au Beffroi s'impose pour avoir une vue d'ensemble. Facile : ascenseur et 40 marches. Ensuite, on a le choix, car on ne fera pas tout en quelques heures : architecture : gothique, flamand, art déco - le Musée des Beaux Arts, son merveilleux site et ses précieuses collections - il s'y prépare un événement en liaison avec le chateau de Versailles - la cathédrale est en travaux mais accessible et le grand orgue est superbe. Voici quelques photos de façades  décorées et aussi cet emploi de briques et de pierres blanches très à l'honneur dans cette région de France.

Au Musée, ce sont les derniers jours de l' exposition  des photographies  "Joseph Quentin, témoin de son temps". Il fut le premier à photographier des mineurs au fond, confirmant ainsi, selon la plaquette, l'oeuvre de Zola.

 

- Le beffroi égrenne les heures (place des Héros)

- Place des héros vue du Donjon

- façades

- maison en brique

- Photo de mineurs boisant une taille (Joseph Quentin)

 

 

arras---vu-du-donjon-place.jpgarras-facade.jpgarras-monts-de-piete.jpgarras-porte.jpgarras cordonneriearras-mineurs.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 19:38


Montry-c215.jpgJe devais être en Bourgogne, mais les aléas ont fait que ce lundi, j'étais chez moi. Comme, grâce à une image d'un internaute j'ai pu découvrir quel était le village d'IDF aux murs peints, j'ai pris derechef les transports en commun pour me rendre dans ce lieu délectable.

Un tortillard tout joli m'y amène. Un charmant garçon m'indique le chemin du centre ville et m'offre sa fiche horaire pour le retour. . Dix minutes après clic clic clic, que de belles photos à faire.

Puis me voilà abordée par un aimable monsieur qui me raconte le street art dans sa commune, car si la mairie et beaucoup sont ravis de ces peintures, d'autres sont hermétiquement fermés à l'art urbain. Donc il y aurait eu deux "effaçages"....

Mais la commune a un autre sujet de satisfaction : ses brodeuses. Sitôt dit, si tôt fait, mon interlocuteur me présente à ces dames qui préparent une belle expo dont le thème sera, me semble-t-il ; la dentelle du Puy en Velay.  D'ailleurs une mamie aux cheveux aussi blancs que les miens me permet de photographier ses fuseaux.

De retour à la gare, un petit détour par le bar restau du coin à la carte alléchante, histoire de boire un jus de fruit et me voilà repartie en  direction des rivières et canaux : canal de la Marne, Grand Morin, la Marne. Il y a de quoi faire. Mais je vois une très grande porte ouverte - à l'intérieur des chalets en bois - j'aime ça, je rentre... et vlan, l'immense porte se referme. De fil en aiguille et de caravane en caravane, je suis invitée à prendre le café avec les gens sympathiques d'un cirque -- quel cirque : Bouglionne, me disent-ils, discrètement installés là. On me reconduit à la grande porte qui s'entr'ouvre en glissant sur ses rails et me voilà en direction de la Marne, que j'atteins par un raccourci que m'a fait emprunter un piéton rencontré sur le chemin. 

Retour à la gare - non s'en jeter à nouveau un petit coup d'oeil sur cette zone boisée abandonnnée à la végétation et aux caravanes où je découvre par ailleurs un fort beau cadenas (photo). J'attends devant une gare fermée -  je n'entends rien ! et pourtant on vient de dire qu'il n'y a plus de conducteur pour le joli petit train - donc il faut prendre le car de remplacement.  Heureusement qu'une jeune femma m'a avertie...

Me voilà chez moi, avec mon chat. Je n'ai rencontré que des personnes sympathiques. La vie est belle.

montry-train.jpgMontry-chile.jpgMontry-oiseaux-copie-1.jpgMontry-broderie.jpgMontry-dentelle.jpgcadenas.jpgMontry-marne.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans Art urbain
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 06:07

SILS MARIASILS MARIA - Binoche est très bonne. mais l'éternel angoisse du vieillissement pour la femme  devient un vrai carcan.  Eh bien oui, elles sont, les femmes, d'abord jeunes et appétissantes pour la partie adverse, puis un peu plus ... un peu moins, puis quelque peu fanées, comme les fleurs en fin d'été, puis nettement ratatinées ou froissées comme la lessive toute propre qui sort de la machine à laver. Puis, ce n'est même plus la peine d'en parler. Et alors ! c'est tout aussi vrai pour la partie adverse. Le corps, c'est l'enveloppe... Qui ne voit que l'enveloppe ne voit pas grand chose, encore que... Il n'y avait pas que ça dans le film, mais... bon. J'ai tout de même aimé. Inoubliable :  la vue sur la vallée avec le fameux serpent....

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans cinéma
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 22:27

La-dune.jpgJournée un peu frisquette, température à point pour se réfugier au ciné. Mon choix : La Dune - j'aime bien l'acteur Guy Marchand, Niels Arestrup a une bonne tête qu'on désire connaître. Ils sont très bons. Le scénario ???? un peu décevant  : je ne comprends pas très bien pourquoi un joueur d'échecs n'aborde pas plus directement le "pourquoi " qui l'a fait  revenir en France. Evidemment, ça ficherait  l'histoire en l'air, mais elle est peu crédible. En plus je m'y perds un peu dans la chronologie des faits. Mais ceci étant, Guy Marchand et Niels Arestrup sont très bons. Ils forment un bon duo.

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans cinéma
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 22:09

Laon-le-manteau-de-st-martin.jpgUn petit tour à LAON, cette semaine. C'est la ville haute qui est intéressante. Rues pavées, imposants remparts. Deux joyaux du XII-XIIIe siècle : la cathédrale Notre Dame et l'église abbatiale Saint-Martin, constituent des morceaux de choix pour les photographes. La vieille ville et ses ruelles m'ont moins enchantée. Laon étant préfecture, le corps judiciaire est fort présent, avec ses tribunaux, ses huissiers, ses avocats... Hôpital, Hôtel des Impôts.. Hôtel de ville. : toutes ces entités sont rassemblées, la-haut, sur la butte, qui domine d'une bonne centaine de mètres la ville basse et sa gare. Reliant les deux, un funiculaire : le POMA  évite d'emprunter les escaliers qui sont fort raides : l'escalier communal, entourées de verdure et de maisonnettes ne compte pas moins de 295 marches. Petit détail qui en dit tout de même long sur la vie économique : nombreux sont les bâtiments, les maisons et même les commerces qui sont à louer ou à vendre. La population d'ailleurs semble en légère régression, tournant autour de 25.000 habitants. Voulant certainement faire connaître la rue commerçante de l'endroit, les dépliants ne font pas mention d'une petite rue parallèle, pavée, qui permet de longer le rempart en ayant une vue magnifique avec d'un côté, la cathédrale, et de l'autre, Saint Martin. Difficile de tout voir en une petite journée car le site est riche d'histoire. N'oublions pas, non plus, que pas très loin, entre Laon et Soissons, se situe le chemin des Dames là, ou sur une trentaine de kilomètres les hommes se sont étripés d'une façon pas possible en 14/18, il y a cent ans.  Photos :

Ci-dessus : honneur à Saint Martin qui coupa son manteau en deux pour réchauffer un pauvre homme -

Ci-dessous : Laon, vue des remparts.

- Remparts - Porte de Soissons

- Remparts - Porte de Soissons et tour penchée.

- Vitrail de Notre Dame - la cathédrale fait 110 de long ...

- Fleurs et dentelles à Saint-Martin

- Tours de l'église Saint Martin vues des remparts.

- Les boeufs des tours de Sainte Marie (j'ai pu zoomer une photo de la cathédrale vue des remparts !) - ils sont là suite à une légende du temps de la construction.

Laon-vue-des-remparts.jpgLaon-remparts.jpg

 Laon-tour-penchee.jpg

 

 LAON-vitrail-cathedrale.jpg

 

 laon-les-dentelles-de-st-martin.jpg

 Laon--tours-Saint-Martin-.jpg

 les-boeufs-des-tours.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 20:57

winter.jpgWINTER SLEEP - un peu plus de trois heures, en sous-titrage, et ça passe. Belles images, atmosphère dense, sérieuse, Nous voici en plein coeur de la vie, entre un vieil acteur et sa jeune épouse, la soeur divorcée, les locataires impécunieux, l'enfant blessé au plus fort de son amour propre, le gérant avec son âme de gérant... et celui qui courbe la tête, le tout dans une Anatolie superbe, en plein hiver.  J'en ai pour un moment oublié mon dos douloureux, cherchant pourquoi la situation de tout ce petit monde est difficile - l'orgueil ? la méfiance ? l'égoïsme ? le narcissisme ? la difficulté de s'exprimer ? Les spectateurs ressortent fort songeurs - la vie des autres n'est-elle pas un peu notre propre vie. J'ai aimé.

winter-44.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans cinéma
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 09:36

Beauvais-st-pierre-balancier-central.jpgToute à ma joie d'avoir vu cette exposition sur la tapisserie à la Galerie nationale de la tapisserie, je n'ai pas ajouté un mot sur les autres merveilles de Beauvais. Et pourtant. Quand je suis arrivée, ne connaissant rien de cette cité, je me suis précipitée au Syndicat d'initiative. Une charmante dame m'a munie d'un plan, de quelques dépliants correspondant à mon attente et m'a surtout conseillée de me rendre à la Cathédrale Saint Pierre où allait se mettre en mouvement l'horloge astronomique. Vous déboursez 4 euros et vous avez droit à une visite guidée : j'entends par là, assis en face de la merveille, vous écoutez et suivez les éclairages qui vous guident dans ce meuble animé de 12 mètres de haut.  L'inventeur de cette horloge : Monsieur Vérité qui l'acheva en 3 ans dans son atelier de Beauvais : 90,000 pièces, 52 cadrans, 68 automates, le tout enchassé dans un meuble très richement décoré de 2,82m de profondeur. Il réunit là tout ce que l'on savait en 1865 sur l'astronomie.  Photos avec une ou deux en plus pour les vitaux de Saint Pierre puis de Saint-Etienne, une sur une collégiale en ruine et enfin n'oublions pas Jeanne Hachette qui remonta le moral des troupes du royaume de France  contre les Bourguignons du Téméraire... (là, je lui en veux un peu, bonne bourguignonne que je suis).

Cadran central 

Le grand cadran avec le Christ maître du temps et les 12 apôtres

Vitrail de Saint-Pierre

Eglise Saint Etienne

Collégiale

Jeanne Hachette

 

beauvais grand cadranbeauvais-vitrail.jpgBeauvais-st-etienne.jpgcollegiale.jpgbeauvais jeanne hachette

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:06

tapisserie-metier.jpgBEAUVAIS 350 ANS PORTRAITS D'UNE MANUFACTURE.

Superbe exposition mise gratuitement à la disposition du public dans la Galerie nationale de la tapisserie. Sont présentées quelques 90 oeuvres réalisées par les lissiers de la ville. Se répondent avec bonheur les  anciennes et les nouvelles, selon les thèmes très divers de cet art  : les jeux, la guerre, l'animal, l'oiseau, les fleurs, le travail ou le sport..Le mobilier national a permis d'exposer de forts beaux meubles : fauteuils et canapés, paravents et pare-feu, tapisseries murales. Chaque oeuvre est annotée de nombreux renseignements  : titre, nom de l'artiste, date mais aussi le pourquoi, sa signification, ce qu'on ne trouve pas toujours... C'est que l'ouvrier lissier travaille en symbiose avec le créateur du carton !  La galerie elle-même est très intéressante. Aux pieds de la Cathédrale Saint-Pierre, elle fut créée à l'initiative de Malraux et inaugirée en 1976.  Lors de sa construction on découvrit des ruines gallo-romaines qui sont judicieusement exposées derrière d'immenses vitres. C'est jusqu'au 24 août. Photos :

 

Tapisserie-ruines.jpgtapisserie--joie.jpgtapisserie-perroquets.jpg

tapisserie-ca-sent-bon.jpgNote concernant "ça sent bon" (photo ci-dessus) c'est ainsi qu'étaient expliquées la majorité des oeuvres.

Tapisserie expli ça sent bon

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans de ville en ville
commenter cet article