Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 07:06

echelle-copie-1.jpg6 janvier, jour des rois.  VIS à Vis 2 au Cabinet d'amateur. Fait froid. Je pars de bonne heure. Avant d'aller rue de la Forge Royale, je vais poursuivre quelques stations plus loin au métro Liberté, direction Pelouse de Reuilly,  histoire de faire un petit salut aux connaissances.  Pinder n'a pas eu de chance : un coup de vent au moment des fêtes a déchiré la bellle toile toute neuve de son chapiteau, mais la solidarité a joué et son voisin Phénix lui a prêté secours.  J'ai vu cela une fois dans ma vie : nous avions des billets pour un spectacle, celui-ci exceptionnellement n'a pas eu lieu. Nous avons été  dirigés vers le voisin,  une comédie musicale :CATS - un vrai bijou que nous n'avons pas oublié.

Me voici au Cabinet d'amateur. Le nouvel accrochage "accroche" le regard. La petite salle se remplit vite. Aujourd'hui je diffuse quelques photos d'artistes et d'une  de leurs oeuvres. C'est parti !

Echelle, de Philippe Hérard et Levalet

 

Ci-dessous Roméo et Juliette de Simon Pradinas

romeo-et-juliette-pradinas.jpg

Simon PRADINAS

pradinas.jpg

 de Joanna Flatau à droite et Arnaud Boisramé à gauche.

boisrame-flatau.jpg

Joanna Flatau et Arnaud Boisramé :

CA-arnaud-et-flatau.jpg

De Ender et Hérard

langue.jpg

Ender ( à gauche) et Philippe Hérard (à droite)

ender-Herard.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans galeries classiques
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 20:57

 

parade-geant.jpgSi l'an dernier la parade sur les Champs Elysées avaient à mon sens attiré peu de monde parce que c'était en matinée, et c'était une première, il y avait foule le long du parcours cet après midi du 1er janvier 2015. Les cirques, Pinder en tête, le musée forain, la foire du trône,  les fanfares, les gilles des aulnes, les vieilles voitures de collection, les poneys et leurs cavaliers,et même la Savoie, tout le monde était présent ou presque. Voici quelques photos  qui donnent un faible aperçu de l'ensemble.

ci-dessous :

- le musée forain

- voiture Forest

- détail voiture..

- Gilles

- Cirkafrika chez Phénix

- Cirque Muller

- La Savoie

parade-musee-forain.jpg

parade-vieille-voiture-2.jpg

parade-vieille-voiture.jpg

parade-les-gilles-copie-1.jpg

parade-phenix.jpg

parade - roms

parade-savoie.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans les itinérants - cirques
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:11

La dépêche

 

la-depeche.jpg      Cette  courte nouvelle va nous transporter directement à Petersbourg où réside Koko le plus jeune des rejetons de la très célèbre et très fortunée famille Mezdrine-Ukhvatov. Cette famille, selon les générations, s’est plus ou moins couverte de gloire, mais elle a,  par contre,  toujours et fermement accru ses biens, en ayant soin d’ailleurs de les diversifier : vignobles en Crimée, poissons sur la Caspienne,  mines d’or en Sibérie, lacs salés, forêts… on n’en finit pas d’énumérer.  Le chef de famille,  c’est la mère de Koko, Elena Anatolevna,  qui vit continuellement dans les « bords chauds » comme dit le majordome, c’est à dire dans les villes d’eau, ou quelque part en Europe.  On ne parle  que français évidemment. Ceci a de l’importance pour notre histoire.
         Le dernier rejeton, le petit Koko, a eu une enfance « voyageuse ». Dès le plus jeune âge, il allait de pension en pension, en Angleterre, puis en Suisse, puis en Italie. Il eut droit enfin de choisir lui-même son tuteur et il revint vivre à Petersbourg où le majordome, Ivan Andreitch, s’occupait de ses affaires.
         Au moment du nouvel an, Ivan Andreitch doit donc « faire les comptes »,  épurer toutes les dettes et présenter la note à la tutelle avec la signature du cher Koko.,
         Une autre fonction occupe aussi notre  majordome : Présenter les vœux de Koko à sa mère par télégramme et recevoir les vœux de la Grande dame, c’est à dire l’en remercier. Le tout en français comme il se doit. A part les fêtes annuelles, il y a  aussi les naissances et les décès.
         Evidemment, chez  Elena Anatolevna, c’est son majordome qui s’occupe de ce type de courrier  à la place de sa maîtresse, et cela se fait automatiquement de chaque côté, sans que les intéressés y participent.
         Donc voici le défilé des fournisseurs qui viennent présenter leurs notes – salées pour la plupart – elles concernent les cochers, le tailleur,  mais aussi  les bagatelles – qui vont de la bohémienne à l’Allemande en passant par la Française – voilà pourquoi ces factures pour deux douzaines de chemises féminines et une douzaine de chemises de nuit  !...  Et les restaurants et … et…  Que va en penser la tutelle ! se préocuupe Ivan Andreitch...
 Pointilleux,  il se fait du souci. C’est à ce moment que le serviteur Gricha apporte un télégramme de Paris. Ivan Andreitch met la dépèche de côté et continue ses vérifications: « seize roubles un porcelet !... » et les discussions avec les créanciers. Quant au cher Koko, il dort. Et au réveil il l'a envoyé promener, en l'injuriant, quand il est venu présenter les  comptes.
 
         Revenu au bureau, Ivan Andreitch  s’occupe maintenant du télégramme. Il en connaît le contenu, mais tout de même, il met ses lunettes et déchiffre le message en français … il est un peu plus long – la phrase ajoutée aux voeux classiques est inhabituelle,  et il n’arrive pas à l’analyser …  Ah, le vieux birbe a voulu plaisanter….  Il est vrai que d’habitude les phrases entre Petersbourg et Paris étaient soigneusement recopiées d’année en année par les majordomes….  Or, dans le post-scriptum qu’Ivan Andreitch ne pouvait pas analyser, était écrit « votre mère est morte », bien que le télégramme soit signé par la défunte….
 
         La vérité s’est découverte seulement le lendemain, quand le tuteur est venu confirmer la nouvelle.  Le jeune Koko, mécontent, s’est tourné vers Ivan Andreitch : - « Eh bien, vous, là… télégraphiez quelque chose… ».

 

Mamine Sibiriak

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 13:18
 

serigraphie-Paella.jpgBonne année 2015 mes chers lecteurs. Vos visites sur mon blog m'aident à rester curieuse de la vie. Sans  partager mes découvertes, j'aurais vite fait de rester ronronner à la maison avec les chats. Mais puisque vous êtes là, j'essaierai de promener mon Pentax par  de nouveaux chemins pour vous ramener quelques infos et  photos.

Sourions avec ce petit trésor que j'ai ramené de ma dernière visite au Cabinet d'amateur. Vive Paella !

 

BONNE ANNEE - BONNE ANNEE - BONNE ANNEE - BONNE ANNEE - BONNE ANNEE - BONNE ANNEE

Repost 0
Published by Tante Blanche
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 23:01

CA-Paella-au-travail.jpgBrrr - qui parle de réchauffement climatique. Allez oust, on se remue : direction le Cabinet d'amateur, rue de la forge royale.

Dès 16 heures 45 Paella mettra sa machine magique en route et nous fera une très belle démonstration de sérigraphie sur des pochoirs préparés par ses soins et qu'il finalisera avec le noir des contours.

J'en profite pour regarder à nouveau quelques tableaux. En voici un qui méritait un peu plus d'attention, étourdie que je suis. C'est qu'il s'agit de plusieurs tableaux en un seul. Je n'arrive pas à compter ! mais c'est le principe du jeu d'enfants où les personnages peuvent être transformés selon la section de page que l'on a choisie. Voyons voir il y a deux personnages visibles et deux dessous et ils sont chacun divisés en trois morceaux... Oui,  bien, photo : Ah, j'oubliais, c'est l'oeuvre en vis à vis - titre de l'exposition en cours - de Philippe Hérard et Arnaud Boisramé. Sur ardoise, s'il vous plaît. Cerise sur le gâteau,  nous avons eu la visite de  Youri qui en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire a doté le mur d'en face d'un superbe collage.

Yuri

ca-paella-travail-2.jpg

Ca-planche-b.jpg

CA planche a

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans galeries classiques
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 11:03

 

Bolchoi-main.jpgExpérience intéressante hier après-midi : aller au cinéma pour voir  le ballet CASSE-NOISETTE retransmis en direct du Bolchoï à Moscou. Certes, il manque tout de même un peu l'ambiance si particulière des salles de théâtre. Mais la magie opère tout de même, grâce au beau travail des techniciens. On voit les spectateurs arriver tant à Paris, qu'à Moscou, l'attente, tant à Paris qu'à Moscou. Un plus : pendant l'entr'acte il y a interview des danseurs, l'échauffement de ceux-ci. On rentre un peu dans "la famille". Quant au spectacle lui-même, c'est certain qu'on englobe beaucoup plus facilement l'ensemble de la scène, et grâce aux caméras, nous avons de très beaux gros plans sur les personnages principaux. Le grand dommage, c'est qu'au ciné, peu osent applaudir, ça le méritait pourtant. Il faudrait organiser ça, de façon à ce que le public parisien soit moins figé ! une petite remarque : beaucoup de cheveux gris ou blancs dans cette superbe salle du Gaumont-Capucines, parfois accompagnés du petit fils ou de la petite fille. Ouf ! salle comble.

Casse-Noisette, un magnifique ballet sur la musique de Tchaïkovki. Le jouet en bois est merveilleusement interprété.Le Bolchoï a choisi ses interprêtes dans sa nouvelle génération : Denis Rodkin et Anna Nikulina faisaient merveille, de même que Vitaly Biktimirov en Roi-souris et Andreï Merkuriev dans le rôle du Parrain de Marie. Qui fait le casse-noisette en bois qui a la forme d'un petit soldat ? il ést extra. Et le final, évidemment... sous les flocons de neige.

Voici quelques photos prises avec mon Iphone de très loin !

bolchoi-elle.jpg

Bolchoï eux

Bolchoi-final.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans cinéma
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 07:49

CA RicardoPas facile du tout de faire un accrochage. Mardi dernier j'ai regardé attentivement oeuvrer Patrick Chaurin au Cabinet d'amateur qui mettait  en place l'exposition Vis-à- Vis. Un travail de précision où tout est soigneusement pensé, du nombre précis de tableaux à  l'emplacement de chacun d'eux. L'oeil du visiteur doit se promener facilement, sans être saturé, ni heurté par un quelconque défaut. Il doit englober l'exposition, s'en souvenir. Et être tenté ! Ce n'est pas facile. C'est un métier : les formats, les couleurs, les styles. Patrick n'hésitera pas à démolir et à reconstruire pour déplacer de quelques centimètres ou tout simplement, faire un nouveau regroupement qu'il jugera plus cohérent. Cette fois  il jongle avec une difficulté supplémentaire :  les oeuvres vont deux par deux. C'est ainsi que Arnaud Boisramé, par exemple, est associé à  Philippe Hérard ou a Joanna Flateau. Joanna a travaillé également avec Paella qui lui même a oeuvré avec Ender.... Ricardo Mosner se retrouve avec Simon Pradinas et Codex Urbanus avec Mosko & Associés... Il y a encore Bault, Saint-Oma et Levalet. Au final, nous voici devant une exposition sérieuse, mettant en valeur le style de chaque artiste. Les coups de coeur se traduisent par des petites pastilles rouges, mais les amateurs reviendront hors vernissage, examiner attentivement et tranquillement chaque oeuvre. Nous sommes loin des coups d'éclats d'expositions tapageuses.

C'est jusqu'au 11 janvier, au 12 rue de la Forge Royale.

Ci-contre : Ricardo Mosner

Ci-dessous :

-  Paella, Ender.

- Arnaud Boisramé, Joanna Flatau

- Mosko & Associés, Codex Urbanus

- Philippe Hérard, Arnaud Boisramé

- Simon Pradinas, Paella.

 

CA-ender-paella.jpg

CA-boisrame-flachaux.jpg

CA-codex-mosko.jpg

 

CA-Boisrame-Herard-copie-1.jpg

 

CA-Pradinas-paella.jpg

 

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans galeries classiques
commenter cet article
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 03:48

lions-rentrant.jpgUne petite visite Pelouse de Reuilly. Gruss est reparti, pliant bagages à une vitesse record après sa dernière représentation. Un petit bonjour chez Phénix, toujours rutilant, qui étale sa blancheur immaculée sous le soleil d'hiver. Chez Pinder musique et cris d'enfants : c'est l'heure de la représentation. Je donne mon euro à la caisse de la ménagerie et vais dire un petit bonjour à nos amis à quatre pattes. Deux lionnes adultes se répondent en rugissant - alors ce repas.... ça vient !. Du côté de la jeune troupe, les deux remorques-cages sont vides : ils sont sur scène... mais les voici en rang serré dans le tunnel en maille de métal - ils remontent sur la plate-forme et sont dispatchés par le soigneur dans l'une ou l'autre cage. Quelle idée de séparer des copines...! Frédérik, le dompteur passe à son tour, il rejoint sa caravane après l'effort. Pendant ce temps arrivent en cortège les chameaux, puis les chevaux, puis les ânes et enfin des lamas. Tour à tour ils entreront sous le chapiteau par l'entrée des artistes commune aux animaux et aux dompteurs. Le numéro n'est  pas très long. Il sortent,  dirigés vers leurs tentes et courettes respectives. Le chemin est libre ? alors voici les deux éléphants qui,  lourdement,  vont à leur tour entrer en scène. Il fait froid. J'étais la seule spectatrice avec un tout jeune homme passionné des jeux du cirque. Puis un photographe est arrivé, venant de province faire quelques photos.  Un autre fan, de l'autre côté  du grillage, observait, comme chaque jour les va et vient de ce monde qui depuis des années est sa passion.

Rentrée des lions : à gauche, à droite (ci-dessus)

entrée des artistes avec les chameaux

entrée des artistes on attend son tour

le numéro est terminé - les lamas rentrent au bercail

au tour des éléphants

chameaux-rentrant.jpg

attente.jpg

lama-sortie-scene.jpg

deux-elephants.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans les itinérants - cirques
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 06:16

slava-carre.jpgLe balayeur  qui enveloppe toute la salle d'une toile d'araignée,  la tempête de neige qui fonce sur vous, les enfants qui suivent à la lettre cet enchanteur qui n'est pas le joueur de flute de Hamelin,  jusqu'à l'envolée dans la stratosphère  de dizaines de planètes, non, je veux dire de ballons, le spectacle est tout autant dans la salle que sur scène. Une véritable féérie pour grands et petits. Quel bon conseil m'a donné mon ami russe d'Amiens d'aller voir absolument  ce spectacle qui s'est produit là-bas au Cirque Jules Verne. Nous sommes ici avec un clown de très grande classe, montrant à nouveau que l'art du cirque peut se passer absolument de coercition et d'enfermement de fauves pour atteindre la perfection dans l'art difficile de distraire.
Slava's Snowshow qui tourne depuis vingt ans est en ce moment au Théâtre Le Trianon, bd de Rochechouart. Salle complète, beaucoup d'enfants enthousiastes dont les rires font merveille. Le spectacle est fabuleux. Beaucoup d'humour, de tendresse, de poésie. Nous sommes chez les Slaves. Le balayeur est loufoque. Est-ce une femme ou un porte manteau qui dit adieu au voyageur ? Ces petites isbas viennent-elles de chez Chagall ? Il ne manquait plus que ce requin. Et dans la taïga, ce loup qui lance son long hurlement... on l'a rêvé ou on l'a entendu ? Mais question musique, là aussi, surprise - j'entends bien la voix de Caetana Veloso, ce poète qui chante "Paloma triste" dans "Parle avec elle" de Pedro Almodovar ! et là Carmina Burana... Quel voyage !
Slava Polounine - se prononce ainsi en russe - est l'auteur de ce show. 64 ans, il se produit surtout à l'étranger. Mime, clown, auteur de numéros ou de spectacles complets, son oeuvre lui vaut de nombreux prix. Il a un atelier en France, en région parisienne et est aussi directeur artistique du Grand Cirque de Petersbourg. Tout cela est bien sec pour un créateur de rêves. Merci Monsieur Polounine, merci pour ce merveilleux spectacle.

 

slava-1.jpg

 

slava-fin.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans les itinérants - cirques
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 09:41

Laoutec 3DJeff Koons au centre Pompidou pour cinq longs mois - et aussi dans certains magasins H&M...  Paul Mc Carthy et sa Chocolate Factory encore là jusqu'au 4 janvier 2015 avec en plus la très dynamique mais très narcissique Konny Steding chez Moretti-Moretti, nous voilà dans un monde étonnant.  J'en entends parler mais j'ai pas vu. Faut choisir, le temps passe vite.

Je préfère pour ma part, au moment des fêtes, regarder du côté des petites galeries ce qu'on y expose,  et y faire quelques emplettes. Cette année, mes pas m'ont portée vers Belleville, 29, rue de Tourtille, dans L'Atelier Galerie NLM-LAOUTEC Paris 20e, métro Belleville. Beaucoup de choses amusantes, et même utiles. Le plus étant donné par certaines oeuvres en 3D - vous repartez avec les lunettes nécessaires, et ce, absolument sans vous ruiner.

Autre idée : une petite sérigraphie - j'ai trouvé ma vie au Cabinet d'amateur, rue forge Royale dans le XIe. Cela peut être une jolie idée de commencer la collection de la petite fille ou du filleul.  Evidemment, je connais bien ces endroits que je fréquente régulièrement. Mais je transmets en personne pas égoïste mes bonnes adresses !

Photos :

laoutec-dessin.jpg

 

Laoutec-galerlie.jpg

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans galeries classiques
commenter cet article