Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 00:21

            Le  rôle de Socrate n’était pas mince. Il devint indispensable quand il a fallu débrouiller les affaires des terres lors de la liquidation du servage. Il le devint aussi quand il fallut remplacer la main d’œuvre gratuite par « quelquechose » tout en  gardant intact le million, c’est à dire la totalité du revenu du propriétaire ! Il le resta quand le fer américain vint concurrencer les usines de l’Oural et que l’Etat russe soutint le fer ouralien par de lourdes taxes sur l’importation étrangère. Et aussi quand la Chine barra les importations de fonte avec sa propre taxe. Alors en « bon second » il serra  à mort la vis aux usines, il les pressurisa au maximum, , de façon à ce que le « million » tombe toujours dans l’escarcelle de la famille propriétaire, ce qui était, hélas,  son principal objectif ! Il appuya même une sorte « de syndicat patronal » pour que les usiniers russes se défendent mieux contre une concurrence de plus en plus nombreuse et à laquelle ne pouvaient faire face de vieilles usines non modernisées et qui ne bénéficiaient plus de main d'oeuvre gratuite.

            Le propriétaire s’écroula au moment où la situation devenait critique,  où la stratégie suivit par Socrate montrait ses faiblesses quant à l’avenir des usines. On attendait le légataire, un  homme qui vivait à l’étranger… Notre Socrate espèrait que le nouveau propriétaire serait reconnaissant financièrement de l’œuvre qu’il avait accomplie. mais  il n’avait pas que des amis, au bureau… Il était évidemment jalousé…. La passassion de pouvoirs ne se fit pas en sa faveur… Derrière son dos s’organisa la venue de l’héritier qui commença par ne pas convoquer Socrate ; celui-ci essaya de s’accrocher, de donner son avis et ses conseils,  mais il ne fut pas écouté, ; il vit, lors de l’unique contact qu’il eut avec cet homme, que celui-ci ne  connaissait rien de lui, qu’il lui était totalement indifférent.  Il fut même éconduit,  puis tout simplement oublié sans autre forme de procès. Si, en fait on lui reprocha quasi directement de ne pas avoir vendu les usines au moment de l’émancipation des serfs., quand la concurrence n’était pas redoutable.

            L’épilogue :  Qui peut subir un tel retournement sans dommage ; Socrate perdit tout simplement la raison. Quant aux usines…  le légataire était venu pour une seule chose  - les vendre … sous forme d’actions et en tirer une ultime fois le plus possible de profits.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article

commentaires