Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 00:39

Bonjour,
Nous voici dans un faubourg d’Ekaterinbourg, - la ville porte ce nom en l’honneur de la femme de Pierre le Grand, l’impératrice Catherine.  Dans ce faubourg se trouve un ancien bain russe – un sauna - transformé en minuscule atelier où l’on taille et polit des pierres précieuses. Cinq personnes y travaillent : quatre adultes et un enfant.  Chacun a son rôle.  Le vieil Ermilytch est le plus compétent.  Si les pierres sont fabuleuses – topaze, émeraude, aigue-marine, améthyste… le personnel est moins brillant dans son aspect : mal nourri par le propriétaire, les poumons et les yeux abimés par la poudre d’émeri qui sert à poncer ,  l’un d’entre eux est déjà phtisique ; la tuberculose sévit lourdement dans toute cette profession. Quant à l’enfant, Prochka,  il a douze ans mais n’en paraît que neuf ; il a continuellement faim. Son rôle : tourner une immense roue grâce à une manivelle qui luit comme de l’argent à force d’être utilisée. Le système fait que physiquement ce n’est pas très dur – Le garçon fait cela depuis plusieurs années !  Occupant un coin sombre, il est rivé à cet engin  qui sert à  (eh bien je n’en sais rien !) ; il tourne cette manivelle à longueur de longues, très longues journées.  Voilà, l’auteur a posé le décor – Maintenant quel est l’état d’esprit de cet atelier ?

            Tout le monde est mécontent du patron, un filou qui vole les clients, qui exploite ses ouvriers dont le petit orphelin Prochka (mais il ne  bat pas et ne gronde pas nous fait remarquer l’auteur)– le père de Prochka était du métier. Le môme ne sait pas à qui en vouloir de son infortune : d’abord à la roue, puis au patron… et enfin aux clients – eh oui… si ces messieurs n’achetaient pas de gemmes, si peu nécessaires à la vie, Prochka n’aurait pas à tourner la roue !

            Pourtant, dans l’indifférence générale, c’est une grande dame, parée de la tête aux pieds, qui aura pitié de lui et qui s’interrogera sur l’exploitation des enfants dans le monde du travail.  Mais la fin du récit est sombre. Ce sera pour demain.
 

(1) pour la suite, cliquez dans "suivant" ci-dessous à droite

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tante Blanche - dans littérature russe
commenter cet article

commentaires